Augusta Part. 8291

Tu l’auras deviné, on est toujours là, fidèles au poste, coûte que coûte, vaille que vaille, en avant Guingan et aux chiottes l’arbitre, on lâche rien. 

Pourquoi ? Ah ben je sais pas. Une chose en entraînant une autre mais pas nous, on est resté sur place. Bon du coup là on est un peu coincés parce qu’on a eu la riche idée de profiter de ce temps mort pour réaménager le camion. Ah il va être beau, ça, y a pas de doutes sur la question. Ça va être le camion le mieux conçu de la planète Terre même. Mais quand t’es dans le trou du cul du bout du monde, les livraisons de coulisses de tiroirs en 24h faut plutôt en compter 336 d’heures (ça fait 2 semaines, j’ai du prendre ma calculette pour cette blague), et du coup on avance un tout petit peu moins vite que prévu.

Maiiiiiis on est des battants, on a de la ressources, à base de planches de palettes et de récup dans les poubelles du coin on arrive à des résultats fabuleux (je dis on mais je parle de Ben tu l’as compris, parce que moi à part du ponçage et un montage de meuble Ikea neuf trouvé dans une poubelle (je te jure, ils sont fous ces australiens) je suis pas d’une grande aide).

Et puis si le besoin s’en faisait sentir, je pourrais tout a fait me ré-orienter professionnellement en tant que guide touristique, ayant fait une bonne partie des activités proposés dans les environs de cette charmante bourgade d’Augusta.

D’ailleurs je recommande chaudement le labyrinthe Amazen (Maze c’est labyrinthe en anglais, bien vu 🤓). Je peux te dire que là dedans t’es tout sauf zen.

Y a même un petit moment où tu es obligée de cacher ton angoisse de ne jamais trouver la PUTAIN de sortie afin de ne pas traumatiser ta chère petite tête blonde, mais à l’intérieur de toi toutes les solutions de survie commencent à s’envisager, à commencer par la comparaison du taux de graisse entre l’Allemand que tu as croisé sous l’if rond et l’Australien que tu as croisé sous l’if ovale, en te demandant lequel des 2 sera le plus nutritif en cas de besoin. 

0 angoisse, 100% de bonheur

Bref, ça porte TRES mal son nom. Mais les gosses adorent. S’ensuit un tas d’activités relatives aux labyrinthes et casse tête en tout genre qui finissent de mettre tes nerfs en pelote après la pression non négligeable que tu viens de subir. Y a même un jeu d’échecs géant.

Alors je sais qu’il y a beaucoup d’amateurs d’échecs, et j’admire cette catégorie de personnes, mais pour moi c’est incompréhensible de prendre autant de plaisir à se triturer le cerveau pour savoir quelle pièce avancer pour pas se faire bouffer dans 8 tours.

J’ai déjà du mal à programmer ma journée de demain, cette réflexion qui inclut de réfléchir à des probabilités qui pourraient se passer mais ne se passeront pas ça me dépasse et ça m’épuise d’avance

Tout ça pour dire que c’est vraiment un chouette endroit, on s’est bien marré.

Sinon bon ben la routine hein, immenses plages de sable blancs, rencontre avec les raies, balades au bord de l’océan, c’est po facile.

Pêle-mêle-tel

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *